dfromparis, future shaper generation

Worldwide life of a parisian guy. Coups de coeurs, coups de gueule, des bons plans, de la hype, de la musique... et quelques questions existentielles aussi... Car au final, peut-on vivre sans amour?

mercredi 7 mars 2007

Etre et avoir été...

De la rupture... comme un deuil? Le deuil représente un travail monumental car il faut se confronter à la réalité puis l’accepter, ce qui demande beaucoup de temps et une énergie considérable. Ce qui est irrémédiable et définitif dans le cas du deuil ne l’est pas dans le cas de la rupture amoureuse. L’autre existe toujours, il vivra une vie différente, peut-être avec une autre personne. C’est la relation à cet autre qui doit changer. Comment garder la part du bonheur vécu en commun sans tomber dans l’aigreur ou le ressentiment? Comment recommencer sa vie alors que bien des choses étaient partagées avec l’autre?

Il y a différentes histoires et différents types de séparation. Ainsi, selon que l’on est quitté, que l’on décide de partir ou que l’on se laisse d’un commun accord, l’impact sera plus ou moins douloureux et plus ou moins difficile à guérir. De la même manière, selon la place occupée dans la fin de la relation, les réactions seront différentes : culpabilité puis soulagement pour celui qui est à l’initiative de la rupture et perte des repères pour l’autre. Mais parfois c'est l'inverse qui se produit, allez comprendre...

Amis, famille... s'entourer est souvent le meilleur moyen de passer le cap. Mais se servir de la solitude afin de se redécouvrir soi-même, ses goûts et ses compétences, trouver une liberté permettant de ne plus ressentir le manque ou le besoin de l’autre pour exister, sont aussi des étapes qui permettent d'aller vers un mieux-être. Guérir les blessures du passé nécessite un long travail passant par bien des phases, parfois contradictoires, on en a tous fait les frais un jour. L'enjeu est ensuite de transformer tout ça en un moteur positif pour la suite. Et de se dire que, parfois, perdre de l'autre, c'est peut-être aussi gagner de soi.

Posté par dfromparis à 02:01 - Cogito ergo sum? - Commentaires [20] - Permalien [#]

Commentaires

    J'ai connu les deux situations. On dit parfois que de souffrir vous rend plus fort. Qu'il faut avoir souffert pour mieux goûter à la vie. Moi je dis que l'on souffre d'être séparé. Que l'on souffre, tout simplement.

    Posté par Victor Lamb, mercredi 7 mars 2007 à 08:11
  • Par AmouR...

    trés joli texte...je me retrouve dedans bien sur comme beaucoup.Une rupture aprés un amour fort est un moment vraiment douloureux ou la perte des repére est immense, meme notre regard sur les choses du quotidien change...bref,c'est horrible.

    Posté par AdaM, mercredi 7 mars 2007 à 08:25
  • Je sais bien que ton post parle de rupture amoureuse .. pour ma part il m'évoque autre chose. No comment. Je t'embrasse ....

    Posté par La fée, mercredi 7 mars 2007 à 08:57
  • Que ce soit par rupture amoureuse ou par rupture de la vie, rien n'a plus la meme couleur,odeur,musique.On est toujours avec "avant" et "après".Tous les repères changent,Te changent.C'est comme cela que ton fardeau s'alourdit chaque jour,et qu'il faut bien le trimballer, en espérant rencontrer qqfois des autres ,qui peuvent t'aider ,afin d'ètre moins écrasé,de rester debout...

    Posté par fredoel, mercredi 7 mars 2007 à 09:49
  • oui ...

    jusqu'au jour où ...

    you reborn ...

    bon ok parfois l'attente peut être longue (sic!)

    mais hope hope hope darling

    des bises and see u tonight )

    Posté par demonz, mercredi 7 mars 2007 à 10:08
  • dfp à...

    > Victor Lamb: je ne suis plus adepte du "il faut souffrir pour être heureux" depuis longtemps. Je crois qu'on peut être heureux sans souffrir, en effet...
    > AdaM: Tout à fait. Et le courage sur soi fait le reste...
    > La Fée: oui, je sais, c'est bien pour ça que j'ai fait le lien... je pense à toi tu sais...
    > Fredoel: Le fardeau s'alourdit et en même temps on s'allège aussi. S'alléger de certaines illusions, de certains compromis... l'expérience rend souvent plus serein. En tout cas moi j'y crois.
    > Demonz: on ne meurt qu'une fois mais on a plusieurs vies... va comprendre...

    Posté par dfromparis, mercredi 7 mars 2007 à 10:49
  • C'est moi ou je devine un certain spleen?

    Posté par Brav, mercredi 7 mars 2007 à 12:13
  • Pff l'amour c'est douloureux

    Posté par Tybo, mercredi 7 mars 2007 à 12:24
  • Chaque lecteur y trouvera son histoire...tous avons un jour eu ce sentiment, cette expérience et personnellement j'en sors....doucement

    Que le bisou soit avec toi mon beau.

    Posté par Fodsy, mercredi 7 mars 2007 à 12:27
  • dfp à...

    > Brav: un peu, mais au regard de certaines autres notes passées, c'est un va et vient conjoncturel connu...
    > Tybo: ou, comme le chantait Isabelle Adjani sur un texte de Gainsbourg "l'amour c'est malheureux"...
    > Fodsy: Merci. Même si cela résonne différemment en chacun de nous, c'est en effet une expérience universelle que celle-ci...

    Posté par dfromparis, mercredi 7 mars 2007 à 12:39
  • en théorie donc… faire son deuil.

    Moi ça va faire bientôt un an. Je sais que je ne l'aime plus (mon ex donc), que je ne revivrais plus avec lui même s'il se mettait à genoux et pourtant ça continue de faire mal…

    Mais la blessure incidieuse et profonde, celle d'être abandonnée une fois de plus par n'importe qui d'autre.

    Aller dfp, t'es pas seul

    Posté par Charl', mercredi 7 mars 2007 à 16:00
  • Vademecum sans prétention

    D´abord, pense à toi.

    Ensuite, comme radjuvant, je préconise un petit week-end à Londres, tarif spécial en ce moment, 66 euros aller-retour, alors...

    La bonne bise du jour

    Posté par Yohan, mercredi 7 mars 2007 à 18:00
  • @ dfp : "le bonheur c'est malheureux"
    Ca fait chier que ca dure si peu,
    Le bonheur c'est malheureux,
    On chie on bave on en peut,
    Plus d'être malheureux ...

    Je sais et ça m'aide tellement ... Merci.

    Posté par La fée, mercredi 7 mars 2007 à 19:48
  • Moi je trouve que cet attitude est réellement positive pour avancer dans tes prochaines relation amoureuse mais il manque vraiment à ce billet une chanson tout simplement.

    Merci

    Posté par peter parker, mercredi 7 mars 2007 à 21:19
  • Très long

    "De la rupture... comme un deuil? Le deuil représente un travail monumental car il faut se confronter à la réalité puis l’accepter, ce qui demande beaucoup de temps et une énergie considérable"
    4 ans pour moi et j'en ai chié

    Posté par Kitt67, mercredi 7 mars 2007 à 21:36
  • le concert de ce soir t'aura changé les idées...

    Posté par Olivier, mercredi 7 mars 2007 à 22:48
  • dfp à...

    > Charl': le premier qui trouve la solution appelle l'autre
    > Yohan: euh... Londres c'est pas pour tout de suite à priori...
    > La Fée: je voudrais pouvoir faire tellement plus tu sais...
    > Peter Parker: Merci. Disons que pour la chanson j'ai hésité... mais le texte étant déjà assez intense et ayant du mal à choisir, j'ai préféré un peu de silence, pour une fois
    > Kitt: en espérant que tu en soies sorti grandi quand même...
    > Olivier: oui, absolument!

    Posté par dfromparis, jeudi 8 mars 2007 à 02:16
  • j'ai beaucoup de mal a commenter sur des billets-bilan ou sur des morecaux de vie qui passent, remplis de spleen et de lassitude.
    C'est la, que le web blesse. Les limites sont reelles quand on ne connait pas, ou tellement peu, on devine, on imagine mais on bute et trebuche meme si mes sentiments sont au reconfort.
    Je reste sensible mais impuissante, mais bon, je pense a toi.
    Etre et a voir ete, devenir ...

    Posté par SBlabl', jeudi 8 mars 2007 à 04:03
  • > Sblabl'

    Merci d'avoir laissé un petit quelque chose quand même...

    Posté par dfromparis, jeudi 8 mars 2007 à 10:04
  • *calins*

    Posté par La Quiche, vendredi 9 mars 2007 à 22:14

Poster un commentaire