dfromparis, future shaper generation

Worldwide life of a parisian guy. Coups de coeurs, coups de gueule, des bons plans, de la hype, de la musique... et quelques questions existentielles aussi... Car au final, peut-on vivre sans amour?

mardi 16 mai 2006

Chapitre 2 : "Martin"

(Chapitre 1 ici)

(musique électronique en sourdine). Martin observe l’agitation de La Ville à travers la fenêtre de son appartement. Il est très haut. On se rapproche déjà du paradis se dit-il. Il se sent en sécurité ici. Proche du ciel, il lui semble plus facile d’expier ses fautes. L’élévation spirituelle importe peu en fin de compte. Seule la tangible vérité de se voir au dessus des autres le console.

Martin croit que l’on n’a pas la même appréhension de l’existence selon que l’on habite au rez-de-chausée ou à l’étage. Et la différence se niche aussi selon l’étage. Le pire restant bien évidemment le rez-de-jardin.

La sonnerie retentit. Martin s’étire de tous ses membres pour se donner du courage. Il déteste les visites surprises. Mais à cette heure, il croit savoir qui c’est. C’est Valentin. Ils sont sortis ensemble la veille et le rituel veut qu’ils se retrouvent quelques heures plus tard pour le petit déjeuner. Martin l’embrasse sur les lèvres en essayant de glisser sa langue dans sa bouche. Martin lui dit qu’il le trouve beau et qu’il le fait craquer. Que s’il avait été pédé, il serait tombé amoureux de lui.

Le téléphone sonne. Lorsque Martin décroche, il n’est pas surpris d’entendre Blanche à l’autre bout du fil. Il se force à être aimable car il sait qu’il est désagréable en ce moment. Elle l’a remarqué. Le lui fait remarquer… Que se passe-t-il ? Rien du tout. Un peu de stress ces derniers jours. Blanche lui reproche de ne pas le voir souvent. Elle ne comprend pas pourquoi. Elle veut parler. Au Kafé. Leur lieu de Rendez-Vous. Pas de réponse. Elle lui demande agacée s’il se souvient. Oui il se souvient. Oui il ira. Oui dans une demi heure à la table près de la fenêtre. Non il n’est pas occupé. Il remettra ce qu’il a à faire plus tard. Ce ne sera pas le première fois. Un reproche ?… Elle devrait savoir comment il est depuis le temps… Et bien justement, depuis le temps, il faut qu’ils parlent.

Soit, ils parleront.

            

© dfp février 1994 - Chapitre 2 extrait de mon roman "Rien du tout (photographies ordinaires de 1994)".

Posté par dfromparis à 01:32 - Mes écritures, mon roman, etc... - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • De la hauteur

    Très bon ! Suis hyper d'accord avec la conception de l'existence qui change avec la hauteur. Moi même je vis au 10 ème étage sans vis à vis...

    Posté par Brigitte Jean, mardi 16 mai 2006 à 10:27
  • 3e gauche

    en ce qui me concerne, trop haut j'aimerais aussi dominer paris mais peur du vertige, je rêve d'une petite maison avec jardin, j'ai vu samedi soir une petite rue privée dans le XIXe avec plein de maisons comme à la campagne, génial, mais même un rez-de-jardin, si sans vis-à-vis et ensoleillé, ça m'irait aussi, tant que je peux jardiner ))

    Posté par demonz, mardi 16 mai 2006 à 10:42
  • Au voisin du 3ème

    J'avais oublié que tu aimais jardiner.... c'est vrai...

    Posté par dfromparis, mardi 16 mai 2006 à 11:55
  • de beaux échos, ici aussi...
    la suite! la suite!
    (merci pour Everybody x 2, excellent, je t'en dirai plus par mail)
    à propos de x2, Get27 x 2 = Get 58, si,si,j'insiste!

    Posté par Dan, mardi 16 mai 2006 à 12:49
  • @ l'alcoolo du 2ème...

    Votre musique elle est trop forte et puis le Get 58 c'est un nom d'avion ! lol

    Posté par dfromparis, mardi 16 mai 2006 à 12:59
  • Vivement la suite

    vraiment on a envie ...

    Posté par La fée, mardi 16 mai 2006 à 14:11
  • oh oui !!!!

    oh oui !!!! oh oui !!!! la suite smouirkkkk

    Posté par esther, mardi 16 mai 2006 à 19:00

Poster un commentaire